La guerre est totale entre Apple et Facebook

Les deux géants du web qui ne s’apprécient guère voient leur rivalité se transposer cette fois sur l’épineux terrain de la gestion des données personnelles depuis la dernière mise à jour d’IOS.

Il ne saurait vraiment y être d’entente cordiale entre deux mastodontes du web dans cet univers ultraconcurrentiel. Chaque fois que l’enjeu tourne autour des finances, les positions sont tranchées et tous les coups semblent permis contre l’adversaire. Apple vient d’en donner la preuve à travers la dernière mise à jour du système d’exploitation de ses appareils mobiles. Avec l’IOS 14.5, la firme californienne a en effet doté les utilisateurs de l’iPhone d’un important pouvoir de décision sur l’exploitation de leurs données personnelles par certains géants du web.

Nommée “App Tracking Transparency”, la nouvelle fonctionnalité permet aux détenteurs d’iPhone de mettre fin au pistage de leurs activités sur internet à des fins de publicités ciblées. Au grand malheur des firmes comme Facebook, qui ont fait de l’exploitation des données personnelles des internautes, un fonds de commerce.

Facebook l’a mauvaise

La marque à la pomme a beau jeu de mettre avant le respect de la vie privée de ses utilisateurs. Cela a toujours fait partie de son argument de vente. Son écosystème interdépendant en témoigne. Mais pour Facebook, le coup est dur et semble décidément difficile à accepter. D’autant plus que le réseau social milite ouvertement contre le déploiement de l’App Tracking Transparency depuis plusieurs mois à coup d’annonces publicitaires dans les journaux aux États-Unis. Las, le groupe de Mark Zuckerberg tente une nouvelle manœuvre. Facebook a en effet décidé de s’adresser directement aux utilisateurs de sa plateforme. Depuis quelques jours, un message met en garde les internautes en des termes à peine voilés contre l’activation de la fonctionnalité de contrôle du pistage publicitaire. Car, implore le réseau social, cela priverait de nombreuses entreprises dépendantes des données personnelles de revenus conséquents.

Des complaintes qui n’émeuvent pas Apple. Son patron Tim Cook, a notamment laissé entendre fin janvier que la possibilité pour certains acteurs du web d’user à leur guise des données personnelles de leurs utilisateurs n’était pas saine. Aux éditeurs d’applications qui seraient tentés de contourner l’outil anti-tracking publicitaire, la firme de Cupertino se réserve le droit de les bannir de l’App Store, son magasin d’applications.

Reste maintenant à savoir ce que va faire Facebook sans une partie de sa manne financière publicitaire chiffrée à près de 10 milliards de dollars lors des trois premiers mois de l’année en cours.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.