L’Etat va reprendre 35 milliards d’euros de la dette SNCF

Ce vendredi, le premier Ministre Edouard Philippes a fait un premier pas et non des moindres vers la SNCF. En effet, il a annoncé que l’Etat allait alléger la dette du groupe ferroviaire à hauteur de 35 milliards d’euros : 25 milliards en 2020 et 10 milliards en 2022. 

Un feuilleton à rebondissements

Depuis avril dernier, les relations entre le gouvernement et la SNCF n’ont de cesse de faire parler d’elles. Depuis qu’Edouard Philippes a annoncé la fin du statut des cheminots, rien ne va plus entre les deux camps. Depuis, s’en suit une grève perlée qui prendra (normalement) fin le 28 juin prochain.

Reprise partielle de la dette et futurs investissements de l’Etat dans le ferroviaire au cœur des discussions

Les syndicats CGT, Unsa, SUD, CFDT et FO rencontrait ce vendredi matin à tour de rôle Édouard Philippe. La reprise partielle de la dette de la compagnie et les futurs investissements de l’État dans le ferroviaire étaient au cœur des discussions.

Un effort considérable de la part de l’Etat

Avec les 35 milliards d’euros d’allégement sur la dette du groupe ferroviaire, l’Etat a fait un effort considérable. En effet, cette somme représente 1,6 % de la richesse produite en 2017 en France. D’après le journal le Monde, « le montant équivaut à quatorze années d’investissement dans les réseaux de transport du pays (routes, chemins de fer, voies navigables) ou encore à l’achat de plus de mille rames de TGV de dernière génération ».

Selon Edouard Philippe et l’ensemble du gouvernement exécutif, reprendre la dette permettra de « restaurer un modèle économique viable » à la SNCF. L’ardoise de la compagnie s’élève toutefois à 47 milliards pour SNCF Réseau et 8 milliards pour SNCF Mobilités. Maintenant, la question légitime à se poser est bien de savoir comment l’Etat va financer cette reprise de dette.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*